LILI-ROSE HOULE-BEAUDOIN

Lili-Rose Houle-Beaudoin 

Une hirondelle ne fait pas le printemps 

2020, acrylique sur panneaux MDF 

3 éléments de 42 X 90 X 1,5 cm  

Une hirondelle ne fait pas le printemps trace le portrait de diverses perceptions de la douance intellectuelle et créative. Trois panneaux ont été réalisés pour présenter trois visions distinctes du sujet. L’ampoule, symbole de l’intelligence, constitue un élément récurrent dans mon travail. Il enferme l’enfant qualifié de prodige qui éclaire les autres par son intelligence, ce qui lui donne un caractère presque divin. La densité de personnages représente le point de vue de monsieur et de madame Tout-le-Monde. Jeunes ou vieux, ils sont présents en grand nombre, gardent leur distance et leur regard diffère d’un personnage à un autre. Toutefois, l’attention qu’ils portent tous à l’égard de l’enfant-ampoule est démesurée et presque malsaine. La composition chargée de l’œuvre fait référence à cette abondance constante d’opinions auxquelles sont confrontés les jeunes qui possèdent un potentiel exceptionnel.  

Dans ma démarche, j’ai recueilli bon nombre de témoignages sur le sujet afin de pouvoir représenter la diversité des avis sur la question. Afin de m’approprier davantage le sujet, j’ai opté pour le dessin, une technique que je maitrise bien, afin d’ajouter une touche plus personnelle à mon projet. Toutefois, j’ai tenté d’être objective en réalisant mes créations. Si j’ai arrêté mon choix sur un triptyque, c’est pour représenter les trois principales sphères de jugement face à la douance, soit l’opinion de la famille, de l’entourage et de l’enfant concerné. L’ensemble a été adapté afin que le thème rejoigne la jeunesse. La facture plus expressive tend à se rapprocher de la bande dessinée en raison de l’apparence primaire et caricaturale des personnages et des bandes blanches qui en délimitent les contours. Ces choix esthétiques permettent d’amener le sujet de l’œuvre avec douceur. De plus, la palette de couleurs est restreinte. Les couleurs vives qui composent l’ouvrage se limitent au jaune, au turquoise, au rose et au vert. Ces couleurs, normalement associées à la joie, proposent une contradiction avec le thème plus dur, de manière à mettre en place, dans les tableaux, une sorte d’hypocrisie qui est présente dans l’environnement des jeunes surdoués.  

2020, l’année de la COVID-19 © finissant.e.s seul.e.s à la maison.

  • Facebook Classic