SARAH GAGNÉ-LAGACÉ

Sarah Gagné Lagacé 

La poule ne doit pas chanter devant le coq 

2020, carton, papier, peinture, teinture, papier adhésif et objets divers. 

142 x 160 x 50 cm 

 

Prix Excellence du parcours

Deux sujets se sont régulièrement retrouvés dans mes projets : la société moderne et l’animal en soi. Je les ai souvent entrecroisés, créant par le fait même quelques ambiguïtés. S’agit-il de la simple représentation d’un animal coloré ou bien d’une œuvre critiquant un sujet beaucoup plus profond? J’ai constaté, par exemple, une étroite similarité entre la poule et la femme au foyer des années 1950. Je me suis alors amusée à aborder un sujet oppressant, tout en produisant des liens entre la vie de bassecour et l’environnement domestique, créant ainsi, pour ce thème contrariant, une atmosphère insolite. 

Sans socle ni cadre, l’œuvre présentée met en place une scène fictive. À première vue, le bureau semble appartenir à une chercheuse faisant une étude sur les gallinacés : des croquis, des dessins, des œufs ou même des pattes de poule s’y retrouvent. Le caractère intime de l’installation dissimule une recherche féministe beaucoup plus poussée. Photographie d’époque, publicité ou même manuel d’économie domestique sont mis de l’avant, tels des souvenirs d’antan toutefois détournés de leur utilité première. L’œuvre se joue dans les détails, incorporant des indices dissimulés ici et là, relevant les connotations féministes de l’installation.  

2020, l’année de la COVID-19 © finissant.e.s seul.e.s à la maison.

  • Facebook Classic